Arts de vivre, Listes, Notes de lecture

Rétrospective 2020 : les lectures qui m’ont accompagnée cette année

Je n’étais pas très enthousiaste pour la rétrospective de cette année. Contrairement à ce qu’on nous rabâche sur les réseaux sociaux, je n’ai pas lu tous les livres de ma bibliothèque, je n’ai pas fait de pain au levain et non, je n’ai pas écrit le roman du siècle. J’ai navigué, tant bien que mal, des temps curieux, et quand toute normalité m’étais devenue impossible, je me suis résolue à accepter cette étrangeté, à vivre à l’envers de moi-même : veiller plus tard, regarder des séries pendant des heures, jeter mes rituels en pâture, oublier toute notion de discipline. J’ai pourtant lu cette année, beaucoup moins que les années précédentes, mais assez pour m’aider à avancer. Car face à un évènement exceptionnel, les exhortations à l’excellence sonnent creuses, voire indécentes. Essayer de durer plus longtemps que les temps difficiles, cela devrait être le seul impératif, le seul mantra. Je vous partage donc ici certaines des lectures qui m’ont apporté du réconfort cette année, ou m’ont revigoré dans mes périodes les plus léthargiques, sans ordre de préférence.

Continue reading “Rétrospective 2020 : les lectures qui m’ont accompagnée cette année”
Notes de lecture, Thèmes

Relire ses classiques : Demian de Hermann Hesse

Adolescente, je m’éloignais des livres. J’avais envie de sortir de ma coquille, de rejoindre la foule chaotique des gens de mon âge et de chanter à l’unisson le cri plaintif de la désobéissance. Je cherchais un semblant de communauté et constamment entourée, je me sentais curieusement très seule, en moi bouillonnaient des questions sans réponses et un cruel besoin de me recentrer, de retrouver foyer en moi-même et vint Demian.

Continue reading “Relire ses classiques : Demian de Hermann Hesse”

Notes de lecture

Un livre de raison de Joan Didion : méditation sur la décadence

Si vous cherchez “Boca Grande”, vous tomberez sur une petite commune de la Floride. Mais dans Un livre de raison (1977) de Joan Didion, c’est un pays fictif de l’Amérique centrale : terre monochrome dont l’immobilisme absolu contamine l’air et les eaux, façade en papier mâché à un gouvernement rongé par la corruption. Dans cet étang putréfié se déploie une méditation sur le délitement social et individuel à travers le récit des derniers jours d’une femme étrangère, une norteamericana, une turista : Charlotte Douglas.

Continue reading “Un livre de raison de Joan Didion : méditation sur la décadence”

Notes de lecture

Contre le fatalisme de la vieillesse : Simone de Beauvoir, L’âge de discrétion

À l’inverse de Proust, j’ai d’abord connu Simone de Beauvoir par l’essai. L’âge de discrétion (1967) est le premier roman que je lis d’elle. Le texte est limpide et facile d’accès. C’est un récit court dont l’héroïne est une femme de soixante ans. Intellectuelle estimée, avec une oeuvre accomplie derrière elle, elle rappelle un peu trop l’auteure elle-même. Il y a quand même des différences : elle n’est pas philosophe mais essayiste littéraire, son compagnon de vie n’est pas philosophe mais scientifique, et elle a un fils alors que l’auteure s’était juré de ne pas enfanter.

Continue reading “Contre le fatalisme de la vieillesse : Simone de Beauvoir, L’âge de discrétion”