Quels sont les principes du taoisme ?
Arts de vivre

Le vrai classique du vide parfait : sept idées choisies pour comprendre le taoïsme

Le vrai classique du vide parfait est un titre curieux, très curieux, je vous le concède. Et puis, que peut-on dire de bien sérieux sur le vide ? C’est une question légitime quand on considère le vide du point de vue de la pensée occidentale, le vide en contraste avec l’être, le vide comme manque et comme absence. Dans la pensée de l’Extrême-Orient et plus spécifiquement chez les taoïstes, le vide est conçu comme un condensé des possibles, comme ce qui engendre les choses et non seulement les annihile. Parler de vide, d’un point de vue philosophique, devient alors intéressant.

Le vrai classique du vide parfait est une collection de textes taoïstes, dont beaucoup sont associés à Lie Tseu, philosophe emblématique de cette école. Ces textes remontent à 450 av, J-C, en Chine, et si on peut y rencontrer des curiosités occasionnelles de l’époque, c’est un discours résolument actuel. À croire que l’humain a toujours eu autant de mal à comprendre des choses simples : la présence à soi et au monde, la fluidité face aux aléas de la vie et l’insoluble incertitude qui nous accompagne tous les jours. Je vous partage ici quelques idées que j’ai retenu de ma lecture en espérant que vous serez tentés de faire votre propre cueillettes dans le texte, comme je l’encourage vivement quand il s’agit de lire des aphorismes.

Lire la suite « Le vrai classique du vide parfait : sept idées choisies pour comprendre le taoïsme »
Notes de lecture

Les derniers jours d’Emmanuel Kant

Dans 19ème siècle britannique, Thomas De Quincey est un auteur à part. Ni franchement romancier, ni tout à fait essayiste, il a expérimenté diverses formes d’écriture sans jamais en respecter les codes, toujours avec humour. Dans Les derniers jours d’Emmanuel Kant, il se base sur Kant intime, ouvrage réalisé par trois de ses disciples : L.E. Borowski, R.B. Jachmann et E.A. Wasianski. C’est la voix de ce dernier que De Quincey emprunte pour faire le récit de la déchéance physique et mentale de Kant. Sans sarcasme apparent, le texte est écrit avec un sens du détail extrême, qui laisse entendre que l’écrivain y prend un malin plaisir. Petit livre d’une centaine de page, j’ai lu Les derniers jours d’Emmanuel Kant d’une seule traite, avec des impressions mitigées.

Lire la suite « Les derniers jours d’Emmanuel Kant »