Listes

Bilan de lecture : mes livres préférés en 2018

Trêve de négativité. Après le palmarès de mes pires lectures de l’année, je prends le temps de partager mes livres préférés en 2018. En lisant un peu plus que d’habitude, j’ai rencontré des lectures qui me parlaient peu, mais je suis aussi tombée sur des perles littéraires qui me marqueront durablement. Cette année a été l’occasion de m’attaquer aux classiques sur lesquels je procrastinais depuis un bon bout de temps. J’ai été agréablement surprise par des romans et des essais que je ne pensais pas être tout à fait à mon goût. L’année prochaine, j’espère lire autant si ce n’est plus, tout en élargissant mes horizons géographiques et thématiques.

Continue reading “Bilan de lecture : mes livres préférés en 2018”

Listes

Bilan lecture 2018 : ces livres qui me sont tombés des mains

Cette année, ce blog aidant, j’ai un peu plus lu que d’habitude. Ce n’était pas toujours une expérience extatique et je ne tombais pas sur la révélation littéraire tous les mois. Avoir plus de temps de lecture signifie aussi plus de chances de tomber sur des romans qui ne nous enchantent pas, on se force à finir le premier chapitre, on cherche en vain le paragraphe où tout bascule, avant de capituler au désamour. Des fois, ce n’est pas le livre en soi, mais notre état d’esprit présent. Certains livres et certaines plumes s’accordent mal avec certaines dispositions d’esprit. On les retrouve souvent à des périodes ultérieures de notre vie, surpris de ne pas avoir su les apprécier auparavant. Sur ce, voici quelques-uns des livres qui me sont tombés des mains cette année.

Continue reading “Bilan lecture 2018 : ces livres qui me sont tombés des mains”

Parenthèses

La lettre C de l’Abécédaire : Deleuze sur l’art de consommer de la culture

Voici comment je définis mes auteurs préférés : ce sont des auteurs avec lesquels je serai heureuse de prendre un café pour converser à l’infini. Ce sont des auteurs-amis. En les lisant, je n’ai pas l’impression de recevoir passivement un récit ou une réflexion. Je suis en pleine interaction avec le texte, engagée dans une conversation animée. Une conversation pleine de rebondissements avec des arguments et des contre-arguments, des anecdotes, des taquineries, voire des disputes.

Le philosophe Gilles Deleuze fait partie de ces auteurs-amis. D’autant plus qu’en regardant ou en écoutant son Abécédaire, on a réellement l’impression d’être en conversation avec lui. Quoi qu’en vérité, la conversation se déroule avec Claire Parnet, qui explore divers concepts et idées en passant par toutes les lettres de l’abécédaire, de A à Z. Deleuze, qui n’aime pas beaucoup la télévision, accepte quand même ce petit défi lancé par la journaliste, à condition que la diffusion du téléfilm soit posthume.

Continue reading “La lettre C de l’Abécédaire : Deleuze sur l’art de consommer de la culture”

Arts de vivre, Notes de lecture

Apprendre à souffrir avec Chantal Thomas

« Ma souffrance n’intéresse personne. » Dès que j’ai lu cette phrase, je me suis sentie en confiance, j’avais envie d’aller plus loin dans le kilométrage des mots de Souffrir de Chantal Thomas (1), de me laisser happer. Je me sentais comprise, je sentais que l’auteure avait touché à quelque chose de très authentique, à la texture de la souffrance. Une souffrance faite de chair, de sang, de nerfs et de pensées insoutenables.

Je savais que ça ne serait pas un essai purement académique, froid et distant. En témoigne l’usage récurrent du « je ». C’est un regard plutôt personnel sur le phénomène de la souffrance, nourri de références littéraires et philosophiques. C’est que Chantal Thomas est une spécialiste de la littérature du 18ème siècle. Au fil des pages, Madame de Staël, Julie de Lespinasse, Sade, Sacher-Masoch ou même Dostoïevski nous livrent leurs expériences et leurs conceptions de la souffrance.

Continue reading “Apprendre à souffrir avec Chantal Thomas”