Bouquinologie

Proust sur la lecture : lectures d’enfance et auteurs amis

Comme beaucoup, je voyais Marcel Proust comme un romancier, une plume sensible et légère. Je l’imaginais mal dans la peau de l’essayiste, rationnel, intransigeant. Pourtant, Proust est aussi un brillant essayiste et l’essai n’est pas seulement un appendice à son oeuvre littéraire, c’en est souvent le moteur. D’ailleurs, La recherche du temps perdu a d’abord été ébauchée comme un essai. Cela dit, l’essai proustien n’est pas un texte académique et rêche, il participe aussi de la littérature. Dès les premières pages de Sur la lecture, on se retrouve face au témoignage d’un lecteur passionné, nostalgique des romans de son enfance.

Lire la suite « Proust sur la lecture : lectures d’enfance et auteurs amis »

Arts de vivre

Apprendre à souffrir avec Chantal Thomas

« Ma souffrance n’intéresse personne. » Dès que j’ai lu cette phrase, je me suis sentie en confiance, j’avais envie d’aller plus loin dans le kilométrage des mots de Souffrir de Chantal Thomas (1), de me laisser happer. Je me sentais comprise, je sentais que l’auteure avait touché à quelque chose de très authentique, à la texture de la souffrance. Une souffrance faite de chair, de sang, de nerfs et de pensées insoutenables.

Je savais que ça ne serait pas un essai purement académique, froid et distant. En témoigne l’usage récurrent du « je ». C’est un regard plutôt personnel sur le phénomène de la souffrance, nourri de références littéraires et philosophiques. C’est que Chantal Thomas est une spécialiste de la littérature du 18ème siècle. Au fil des pages, Madame de Staël, Julie de Lespinasse, Sade, Sacher-Masoch ou même Dostoïevski nous livrent leurs expériences et leurs conceptions de la souffrance.

Lire la suite « Apprendre à souffrir avec Chantal Thomas »