Lire "L'existentialisme est un humanisme" aujourd'hui
Notes de lecture

L’existentialisme est un humanisme de Jean-Paul Sartre

Pendant longtemps, j’ai snobé Sartre. Je pensais, à l’instar de Foucault, que c’était un philosophe resté coincé dans le 19ème siècle. Je m’arrêtais beaucoup sur cette faiblesse de sa philosophie et de tant d’autres : une notion d’universel tout sauf universelle, comme le démontra plus tard Élisabeth de Fontenay. Mais il y avait, quelque part, toujours une attraction vers l’existentialisme qui je ne le cache pas, a été inspirée par tout un cliché d’un mode de vie existentialiste, radicalement moderne et désenchanté. D’un autre côté, la lecture du Deuxième Sexe _ duquel j’ai dévoré les 1071 pages quelques semaines avant le bac par pure procrastination _ m’avait beaucoup marquée. En me faisant réfléchir sur ma condition de femme, la lecture de Simone de Beauvoir m’a aussi donné un certain appétit pour la philosophie et l’impression que l’existentialisme pourrait être une pensée libératrice. Dans L’existentialisme est un humanisme, Jean-Paul Sarte entend répondre à ses critiques, nombreux hier comme aujourd’hui. A-t-il réussi à son entreprise ?

Continue reading “L’existentialisme est un humanisme de Jean-Paul Sartre”
Notes de lecture

La sonate à Kreutzer de Tolstoï : un drame familial particulier

En ouverture à Anna Karénine, Tolstoï écrivait : « Toutes les familles heureuses se ressemblent, mais chaque famille malheureuse l’est à sa façon. » Curieux, en effet, est le drame des Tolstoï. À une famille exceptionnelle, versée dans les arts, une crise familiale tout aussi exceptionnelle, à coups d’autofictions révélatrices et de références musicales puissantes. Ainsi, “La Sonate à Kreutzer “, œuvre polémique de Léon Tolstoï, est suivie de récits-réponses de Sofia Tolstoï, qui y a vu une attaque personnelle : “À qui la faute ?” et “Romance sans paroles”. Léon Tolstoï fils joint sa voix à la sonate, dans une nouvelle à thèse où il tente d’affirmer sa vision unique de la religion, de la sexualité et de la vie.

Continue reading “La sonate à Kreutzer de Tolstoï : un drame familial particulier”
Comment guérir d'un chagrin d'amour
Notes de lecture

Fragments d’un discours amoureux ou comment guérir d’un chagrin d’amour

Il y a des chagrins d’amour qui s’installent, qui nous trainent jusqu’aux limites de l’insupportable. Malgré toute notre bonne volonté et nos rationalisations, nous retombons à chaque fois dans le délire : l’autre m’aime et ne me le dit pas. Car l’amour est un phénomène de croyance, une pure dévotion. En sortir est difficile malgré toutes nos souffrances, car ce serait abandonner tous les délices de notre imaginaire. Guérir d’un chagrin d’amour, comme de toute illusion, exige un changement non seulement dans la façon de penser, mais aussi et surtout dans la façon de sentir. Parfois, nous avons besoin d’un plus grand renfort, du secours des mots, d’une plume amie, qui pense au même temps qu’elle sent, qui nous comprend sans nous juger, j’ai nommé : les Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes.

Continue reading “Fragments d’un discours amoureux ou comment guérir d’un chagrin d’amour”
Ode à la nouvelle : Risibles amous de Milan Kundera, Le dernier été de Klingsor de Hermann Hesse, Grand Union de Zadie Smith, Le cheval de Nietzsche d'Abdelfattah Kilito, La mort d'Ivan Illitch de Tolstoi
Listes

Ode à la nouvelle : cinq recueils de nouvelles sur l’amour, l’art, la mémoire et la mort

La nouvelle n’est pas un sous-roman. Ce n’est pas un simple brouillon. Sa brièveté n’est pas toujours une preuve d’incomplétude, elle peut être un agent de densification. La limitation du texte court peut amener les auteurs à focaliser toute leur attention sur un court laps de temps, à en dégager toutes les impressions sans parcimonie (Tolstoï), à illustrer des idées maîtresses dans leurs œuvres (Hesse et Kundera), à examiner des éclats de souvenirs et en dégager du sens (Abdelfattah Kilito), ou encore à prendre courage pour émanciper la parole, laisser libre cours à son imagination et désencombrer la pensée de la bienséance (Zadie Smith). Ces cinq recueils nous montrent que la nouvelle peut être un texte à part, entier, au même temps que le champ de développement d’un projet d’écriture. Cinq recueils que j’ai lus et relus, dont je garde en mémoire des passages, des impressions de lecture indélébiles et que je vous invite à découvrir.

Continue reading “Ode à la nouvelle : cinq recueils de nouvelles sur l’amour, l’art, la mémoire et la mort”