Notes de lecture

Oblomov, confiné volontaire

Malgré tout le plaisir que j’y ai pris, j’ai beaucoup procrastiné en lisant ce livre. J’ai également beaucoup trainé pour écrire cette recension. L’oblomovisme est très contagieux. Faites attention à ne pas vous laisser contaminer. Ceci est un message d’intérêt public.

Oblomov se lèvera-t-il jamais de son lit ? Voilà tout le suspense auquel vous aurez droit en lisant le roman du même nom, sous la plume d’Ivan Goncharov. Tout le génie de l’auteur est d’écrire un texte amusant, qui ne lasse jamais, sur un homme qui ne fait strictement rien. Pourtant, il s’en passe des choses. Derrière la figure lisse et intemporelle d’Oblomov, son inanité et son apathie, et sous couvert d’une critique de l’aristocratie russe, luxueuse et improductive, c’est un monde intérieur inouï qui se dévoile.

Continue reading “Oblomov, confiné volontaire”

Arts de vivre, Notes de lecture

Lettre à Sérénus : Sénèque sur la tranquillité de l’esprit et la nécessité de l’action

Dans De la tranquillité de l’âme, Sénèque adosse le rôle de médecin de l’âme de Sérénus, dont le nom est ici étonnamment symbolique. Rappelant al-Razi et sa médecine spirituelle, le philosophe stoïcien examine l’esprit troublé de son ami, diagnostique les causes de son mal-être, toujours en quête de la fugace euthymia, la tranquillité. Dans ce texte à la fois riche et limpide, Sénèque puise, encore et toujours, dans les enseignements stoïciens tout en gardant de la distance critique. Il apporte la nuance qu’on lui a bien connue dans De la vie heureuse et Éloge de l’oisiveté, donnant l’image d’un stoïcisme plus sensible et moins intransigeant, rendu à son humanité, éloigné des clichés de placidité et d’imperméabilité à toute épreuve.

Continue reading “Lettre à Sérénus : Sénèque sur la tranquillité de l’esprit et la nécessité de l’action”