Arts de vivre

Les maximes de La Rochefoucauld et la renaissance de l’aphorisme

Dans les Maximes de La Rochefoucauld, nous retrouvons un fin psychologue qui jette un regard intransigeant sur la société de son temps comme sur lui-même, poussant l’impératif socratique « connais-toi toi-même » à son paroxysme dans l’autoportrait qu’il nous dresse en prologue. Son écriture agile et pleine d’humour se lit avec plaisir. C’est aussi un penseur original qui dans beaucoup d’aphorismes, nous apparaît comme proto-nietzschéen.

Le recueil des Maximes pourrait être un livre de chevet dans lequel on pioche, selon le besoin, des éclats de pensée qui nous inspirent au quotidien. J’y ai personnellement trouvé des résonances très justes. Voici quelques unes des idées qui m’ont le plus marquée en lisant La Rochefoucauld.

Lire la suite « Les maximes de La Rochefoucauld et la renaissance de l’aphorisme »
Notes de lecture

Mrs Dalloway : récits de consciences

Ma première rencontre avec Virginia Woolf a été La traversée des apparences (1). C’est son premier roman et il condense déjà certaines des qualités qui feront d’elle la grande auteure qu’elle est devenue. Un style fluide, riverain, qui s’écoule sans rupture. Si bien que Woolf fait partie des rares écrivains dont il m’est difficile de prélever des citations. Le roman relate le voyage d’une jeune femme au bord d’un transatlantique en route vers l’Amérique du Sud. Un voyage concret doublé du voyage intérieur de l’héroïne qui côtoie une foule de personnages, en apprend plus sur eux et sur elle-même au jour le jour.

Lire la suite « Mrs Dalloway : récits de consciences »