Lire "L'existentialisme est un humanisme" aujourd'hui
Notes de lecture, philosophie

L’existentialisme est un humanisme

Pendant longtemps, j’ai snobé Sartre. Je pensais, à l’instar de Foucault, que c’était un philosophe resté coincé dans le 19ème siècle. Je m’arrêtais beaucoup sur cette faiblesse de sa philosophie et de tant d’autres : une notion d’universel tout sauf universelle, comme le démontra plus tard Élisabeth de Fontenay. Mais il y avait, quelque part, toujours une attraction vers l’existentialisme qui je ne le cache pas, a été inspirée par tout un cliché d’un mode de vie existentialiste, radicalement moderne et désenchanté. D’un autre côté, la lecture du Deuxième Sexe _ duquel j’ai dévoré les 1071 pages quelques semaines avant le bac par pure procrastination _ m’avait beaucoup marquée. En me faisant réfléchir sur ma condition de femme, la lecture de Simone de Beauvoir m’a aussi donné un certain appétit pour la philosophie et l’impression que l’existentialisme pourrait être une pensée libératrice. Dans L’existentialisme est un humanisme, Jean-Paul Sarte entend répondre à ses critiques, nombreux hier comme aujourd’hui. A-t-il réussi à son entreprise ?

Continue reading “L’existentialisme est un humanisme”
Notes de lecture

Contre le fatalisme de la vieillesse : Simone de Beauvoir, L’âge de discrétion

À l’inverse de Proust, j’ai d’abord connu Simone de Beauvoir par l’essai. L’âge de discrétion (1967) est le premier roman que je lis d’elle. Le texte est limpide et facile d’accès. C’est un récit court dont l’héroïne est une femme de soixante ans. Intellectuelle estimée, avec une oeuvre accomplie derrière elle, elle rappelle un peu trop l’auteure elle-même. Il y a quand même des différences : elle n’est pas philosophe mais essayiste littéraire, son compagnon de vie n’est pas philosophe mais scientifique, et elle a un fils alors que l’auteure s’était juré de ne pas enfanter.

Continue reading “Contre le fatalisme de la vieillesse : Simone de Beauvoir, L’âge de discrétion”