Notes de lecture

La sonate à Kreutzer de Tolstoï : un drame familial particulier

En ouverture à Anna Karénine, Tolstoï écrivait : « Toutes les familles heureuses se ressemblent, mais chaque famille malheureuse l’est à sa façon. » Curieux, en effet, est le drame des Tolstoï. À une famille exceptionnelle, versée dans les arts, une crise familiale tout aussi exceptionnelle, à coups d’autofictions révélatrices et de références musicales puissantes. Ainsi, « La Sonate à Kreutzer « , œuvre polémique de Léon Tolstoï, est suivie de récits-réponses de Sofia Tolstoï, qui y a vu une attaque personnelle : « À qui la faute ? » et « Romance sans paroles ». Léon Tolstoï fils joint sa voix à la sonate, dans une nouvelle à thèse où il tente d’affirmer sa vision unique de la religion, de la sexualité et de la vie.

Lire la suite « La sonate à Kreutzer de Tolstoï : un drame familial particulier »
Comment guérir d'un chagrin d'amour
Notes de lecture

Fragments d’un discours amoureux ou comment guérir d’un chagrin d’amour

Il y a des chagrins d’amour qui s’installent, qui nous trainent jusqu’aux limites de l’insupportable. Malgré toute notre bonne volonté et nos rationalisations, nous retombons à chaque fois dans le délire : l’autre m’aime et ne me le dit pas. Car l’amour est un phénomène de croyance, une pure dévotion. En sortir est difficile malgré toutes nos souffrances, car ce serait abandonner tous les délices de notre imaginaire. Guérir d’un chagrin d’amour, comme de toute illusion, exige un changement non seulement dans la façon de penser, mais aussi et surtout dans la façon de sentir. Parfois, nous avons besoin d’un plus grand renfort, du secours des mots, d’une plume amie, qui pense au même temps qu’elle sent, qui nous comprend sans nous juger, j’ai nommé : les Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes.

Lire la suite « Fragments d’un discours amoureux ou comment guérir d’un chagrin d’amour »
Notes de lecture

La chambre de Giovanni de James Baldwin

L’amour peut être malhonnête. Cela n’en affaiblit en rien la passion, mais en décuple le caractère tragique. Quand David rencontre Giovanni dans un bar parisien, il sait qu’il ne lui appartiendra jamais, il sait qu’il quittera un jour sa chambre sombre et étouffante, et pourtant il ne peut faire autrement que de l’aimer, complètement, à l’en détruire. La chambre de Giovanni de James Baldwin est un testament à ces amours lâches et coupables, nées d’une incapacité à s’assumer et à dire sa vérité, d’une fuite frénétique en avant, d’une souffrance subie autant qu’infligée.

Lire la suite « La chambre de Giovanni de James Baldwin »
Notes de lecture

L’œil et l’esprit : méditation sur la science, l’art et la perception

Été 1960, sous le soleil du Tholonet, dans une maison qui appartenait jadis à Cézanne, Maurice Merleau-Ponty médite sur la perception, son concept fondamental. Tout autour de lui, les paysages portant l’empreinte de l’œil du peintre appellent son attention, le poussent à redécouvrir les questions fondamentales de sa philosophie : la perception, la visibilité, le corps, la science et l’acte de création. Sa phénoménologie de la perception lui apparaît sous un nouvel éclairage, à la fois neuve et inchangée, saisie directement dans le monde qui l’entoure, débarrassée des contraintes de la théorie. De cette méditation résulte L’œil et l’esprit (1960), un texte testament car ce sera là aussi le dernier été du philosophe.

Lire la suite « L’œil et l’esprit : méditation sur la science, l’art et la perception »