Parenthèses

La fête du travail : comment le 1er mai est devenue une fête

Le 1er mai, c’est jour de fête, c’est bien connu. On est content de le voir tomber en plein milieu de semaine. Mieux encore, un lundi, pour un week-end prolongé bien mérité. On fantasme sur ce jour où rien ne vient troubler notre quiétude, où l’on peut se réveiller à sa guise, sans qu’un réveil ne vienne brutalement nous rappeler à la réalité. Un jour où l’on peut passer son temps selon son loisir, sans tâches à faire ni horaires à respecter. Le temps prendra, on l’espère, une toute autre consistance, plus fluide, libéré de toute contrainte. Car c’est la fête du travail, après tout.

Le lendemain, tout reviendrait à l’ordre. Le réveil sonnera et chacun rejoindra son poste.

Seulement voilà, le 1er mai n’est pas une fête. Du moins, pas à ses origines. Le 1er mai est le souvenir d’un jour de lutte qui a engendré le massacre d’une marche pacifiste à Haymack Square à Chicago et la condamnation à mort de quatre anarchistes du mouvement ouvrier. Cette grève était en revendication de la journée de huit heures, à une époque où les journées de travail s’allongeaient à douze ou quatorze heures et où le travail des enfants était monnaie courante. Le slogan phare des manifestations était alors : « 8 heures de travail, 8 heures de loisir, 8 heures de repos » (1). C’est d’abord une revendication du bien-être des travailleurs, non une célébration du travail en soi. En souvenir de ce jour sanglant, sera désormais commémorée la journée internationale des travailleurs.
Comment donc la journée internationale des travailleurs a-t-elle pu se transformer en simple fête du travail ? Comment est-on passé de la revendication des droits des travailleurs à la célébration du travail ?

Déjà, dans Le droit à la paresse (2), Lafargue mettait en garde contre cette folle religion du travail, qui gagnait aussi bien les libéraux que les socialistes. Le travail est devenu valeur suprême et fin en soi, même pour ceux qui prétendent défendre les travailleurs. La paresse, appréciée dans l’antiquité comme un délassement agréable et sain, une chose somme toute naturelle, commence à être considérée comme un vice et une honte. La mécanisation aurait dû apporter plus de loisir, mais au lieu de cela elle a apporté un plus grand asservissement du travail, au nom du progrès. L’homme est au service de la production et non l’inverse, le travailleur doit produire toujours plus et plus vite, pour que le bourgeois consomme toujours plus et plus vite, des produits souvent superflus et vite démodés.

Aujourd’hui, que les vainqueurs ont vaincu et que tout a été pacifié, quasiment personne ne se rappelle plus de l’origine du 1er mai. Aujourd’hui, le travail est la valeur suprême. On loue l’ambition de ceux qui mettent leur travail avant tout, ceux qui travaillent des heures supplémentaires tant ils sont passionnés. On loue encore plus l’audace de ceux qui créent des entreprises et de l’emploi. On traite de paresseux et de fainéants ceux qui ne font rien, qui par conséquent ne sont rien. Malgré une automatisation poussée et les prémisses de l’intelligence artificielle, l’on trouve sans cesse des subterfuges pour sauver l’emploi. Les métiers à la con fleurissent avec des intitulés de postes pompeux en anglais.

Le travail des enfants est toujours monnaie courante, mais délocalisé vers le sud. Dans des pays comme le Maroc, la journée des 8 heures n’est toujours pas une réalité pour la majorité des travailleurs et de ouvriers sont retenus jusqu’à 8 heures du soir un vendredi pour besoins de production, pour regagner leurs postes le samedi matin. Dans ce même pays, l’on se targue d’être une référence en main d’œuvre pas chère, attirant les investisseurs.

C’est bien drôle comment les choses prennent un tout autre sens une fois institutionnalisées. Un peu comme le 8 mars devenu fête de la féminité en fanfare, avec réductions sur manucures et culottes. Mais ça, c’est une autre histoire.

(1) Slogan lancé par Robert Owen en 1817
(2) Le droit à la paresse, Paul Lafargue, L’Altiplano, octobre 2007, 96 pages

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s